The Futurecast : Un regard sur l’avenir des espaces axés sur les objectifs

Insights Visions | 29 October, 2021

Dans cette conversation, entre Tom Savigar et Key Kawamura, Eli James et Olivier Terny, nous explorerons la transition, dans les maisons, les bureaux et les commerces du monde entier, d’espaces axés sur l’activité à des espaces axés sur les objectifs.

Points forts

  • La troisième étape de l’émergence de la culture du travail est « l’espace axé sur l’objectif », qui relie les gens à des mentalités et à des valeurs, et non à des tâches ou à des lieux.
  • Les espaces axés sur les objectifs sont plus complets et plus attrayants pour les travailleurs de demain.
  • Il s’agit d’inspirer et de fidéliser les gens afin qu’ils continuent à se sentir identifiés à la mission et à la communauté d’une organisation.
  • Les écosystèmes spatiaux répondent à toute une série de besoins, de décisions, de points d’accès et de choix.
  • Ce ne sont pas seulement les éléments physiques comme les meubles, l’éclairage et l’ameublement qui rendent un espace utile.

Faire se chevaucher les objectifs de chacun

Ces dernières années, on a constaté une évolution notable vers des organisations axées sur les objectifs. Le nombre d’entreprises certifiées B Corp a triplé en cinq ans pour atteindre 3 500, réparties dans 70 pays. Le consumérisme axé sur les objectifs continue de croître parallèlement au pouvoir d’achat des Millennials et de la génération Z. Et les fondateurs de marques émergentes veulent s’engager dans les affaires pour le bien de la société dans son ensemble.

« Il y a actuellement une forte tendance à devenir une organisation axée sur les objectifs, en particulier parmi les organisations B2C », déclare Eli. « Elles réalisent l’importance de se rapprocher plus des clients en se basant sur leur raison d’être, et de plus en plus d’organisations créent des espaces de travail qui parlent à un objectif. L’expérience interne des travailleurs est devenue un facteur de différenciation pour les organisations. »

En effet, l’expression de l’objectif d’une entreprise par le biais d’espaces axés sur l’objectif est de plus en plus au cœur des préoccupations de nombreuses organisations progressistes. « Le passage à des organisations axées sur l’objectif est une chose que la main-d’œuvre vit et respire, plutôt que de simplement dire et vendre », poursuit Eli. « Ces organisations adaptent leurs espaces de travail sur la base d’une nouvelle réflexion de ce que la main-d’œuvre doit faire, et de la façon dont elle peut le faire à travers divers espaces numériques et physiques. »

Il semble que les espaces de travail doivent désormais répondre à un objectif plus élevé. La déclaration de l’objectif de l’entreprise doit se répercuter sur l’organisation et redéfinir la perception et les attentes de ce qu’un espace de travail est censé faire – c’est une raison supérieure d’exister.

« Les espaces basés sur les activités sont plus factuels. Il s’agit de ce que vous faites, et l’espace est là pour soutenir les actions », explique Olivier. « Les espaces axés sur les objectifs sont plus globaux et plus attrayants pour les travailleurs de demain. Ils permettent de s’assurer que l’employé est lié à l’objectif de l’organisation et ne concernent donc pas uniquement les performances et la productivité du personnel. Ils ont pour but d’inspirer et de retenir les gens et de faire en sorte qu’ils restent identifiés à la mission, à la communauté d’une organisation. »

McCann headquarters Madrid

Maturation de la culture de travail

Alors que l’essor des organisations axées sur les objectifs s’est amplifié, la culture du travail est passée par trois stades de maturité, qui coexistent encore tous aujourd’hui dans le monde à des degrés divers.

« Le modèle dominant aujourd’hui est encore ‘l’espace basé sur l’endroit’, avec le bureau et la salle de réunion traditionnels. C’est binaire ; je suis soit assis ici, soit là dans mon univers professionnel », dit Key. « Ensuite, il y a ‘l’espace basé sur l’activité’, qui est un modèle apparu il y a 30 ans et qui a atteint sa maturité au cours des 10 dernières années. Il s’agit d’accomplir une tâche très ciblée, comme avoir des conversations, déjeuner, interagir avec des groupes, etc. Cela se passe toujours dans une enceinte physique, et au sein de cette enceinte, il y a de multiples lieux et paramètres. Et ce qui change d’un endroit à l’autre, c’est la tâche que vous y effectuez », poursuit Key.

La troisième étape de la culture du travail qui est en train d’émerger est ‘l’espace axé sur l’objectif’, qui relie les gens aux mentalités et aux valeurs, et non aux tâches ou aux lieux. Ces espaces axés sur l’objectif permettent à chacun et chacune d’optimiser ses actions, en élevant les différents états d’esprit ou les valeurs qui comptent pour cette personne à différents moments de la journée », explique Key.

Alors que les espaces basés sur l’activité répondent à la partie inférieure de la hiérarchie des besoins de Maslow (abri, calme, faim, communauté, etc.), les espaces axés sur l’objectif correspondent aux besoins intermédiaires et supérieurs. Quelle est ma mission ? Comment puis-je élargir ma perception du monde ? Quel est mon impact ? Ces espaces axés sur les objectifs créeront les conditions d’une main-d’œuvre plus éclairée.

Écosystèmes spatiaux

Les espaces qui soutiennent et élèvent les mentalités et les valeurs des gens représentent un défi de conception passionnant. En effet, nous nous dirigeons vers une époque où toute une série de besoins, de décisions, de points d’accès et de choix devront être pris en compte. Verrons-nous émerger des écosystèmes spatiaux comportant de nombreux types d’espaces différents, axés sur des objectifs précis, parmi lesquels la main-d’œuvre pourra choisir ?

« Plus que jamais, l’accent est mis sur les idiosyncrasies humaines. Le choix est important, et les organisations réussiront en s’engageant selon la manière de travailler de chaque employé en fournissant des espaces axés sur l’objectif qui se rapportent à toutes les communautés au sein desquelles les gens existent », déclare Olivier. « Les communautés auxquelles appartiennent les différents espaces sont importantes. Par exemple, lorsque je travaille à la maison, l’objectif de cet espace doit prendre en compte la famille et convenir à la relation entre les autres membres de mon foyer et moi-même. Mais lorsque je travaille depuis le studio à Lausanne, la finalité de cet espace doit m’aider à sentir le pouls de notre entreprise et des collègues qui m’entourent. »

Cela confère une nouvelle dimension communautaire à la tâche de création d’un écosystème d’espaces. « Dans un écosystème spatial fragmenté, rempli d’espaces numériques et physiques axés sur les objectifs, les gens ne seront plus assis dans un espace entouré de 50 personnes et ne l’appelleront plus leur communauté », explique Eli. « Les gens agiront dans un certain but de manière très transitoire et leur sentiment d’appartenance changera en permanence. Le concept de communauté va fluctuer, et nous devons concevoir des solutions pour aider les gens à se sentir connectés, même s’ils sont de plus en plus déconnectés d’activités ou de lieux fixes. »

« LE CHOIX EST IMPORTANT, ET LES ORGANISATIONS RÉUSSIRONT EN S'ENGAGEANT SELON LA MANIÈRE DE TRAVAILLER DE CHAQUE EMPLOYÉ EN FOURNISSANT DES ESPACES AXÉS SUR L'OBJECTIF QUI SE RAPPORTENT À TOUTES LES COMMUNAUTÉS AU SEIN DESQUELLES LES GENS EXISTENT. »

Accessoires axés sur les objectifs

Imaginez que nous sommes en 2025 et que votre rôle en tant que chef de bureau au sein d’une organisation consiste à créer un écosystème numérique et physique d’espaces axés sur les objectifs. L’entreprise sait que cette démarche conduira à une croissance, une résilience et une productivité accrues, mais la tâche semble hors du commun.

« Je ne pense pas qu’il sera facile de se transformer en un écosystème d’espaces axés sur les objectifs. De nombreux travailleurs sont très habitués à se rendre sur un lieu de travail, pour travailler. Il s’agit d’utiliser des espaces basés sur les endroits », explique Key. « Certes, beaucoup commencent à utiliser plusieurs lieux pour effectuer différentes activités, mais les espaces basés sur les activités ne sont pas encore une seconde nature pour beaucoup de gens. Nous ne faisons qu’effleurer le potentiel des espaces axés sur les objectifs. Pourtant, cela connaîtra une croissance énorme, car de plus en plus de travailleurs commencent à identifier leur propre état d’esprit et leurs valeurs professionnelles, trouvent des organisations qui résonnent avec cet ensemble de principes, et attendent des organisations qu’elles offrent des espaces qui leur permettent de réaliser leur objectif dans le monde. »

Par où commencer ? Existe-t-il des « accessoires » physiques et numériques que nous devrions utiliser ? Les technologies aideront de plus en plus les gens à visualiser et à communiquer ce qui se passe dans ces écosystèmes spatiaux. Les nouvelles techniques aideront les gens à prendre conscience de ce qui se passe lorsqu’ils utilisent ces espaces, de leur état passif ou actif, et, surtout, de suivre les avantages de l’utilisation d’espaces axés sur les objectifs.

« À mesure que de plus en plus de personnes utiliseront ces nouveaux espaces, il sera passionnant de voir comment les informations et les connaissances seront saisies et partagées », déclare Eli. « C’est important, car il n’y aura pas que des choses physiques comme le mobilier, l’éclairage et l’ameublement qui rendront un espace utile. Nous disposons d’un grand nombre d’outils numériques différents pour comprendre comment nos esprits et nos corps réagiront dans différents espaces axés sur les objectifs. »

Ces outils numériques fourniront aux travailleurs un retour d’information sur l’évolution de leurs états de besoin supérieurs —, sur la manière dont ils accomplissent leur mission personnelle, en élargissant leur perception du monde ; et sur l’impact qu’ils ont en tant qu’individu et en tant que collectivité.

Objectif latéral

Alors que nous entrons dans une ère où les espaces de travail sont axés sur un objectif grâce au design, et suscitent un état de vocation plus élevé chez les travailleurs, faudra-t-il être plus latéral et ouvert d’esprit ainsi qu’adaptable à l’utilisation de l’espace ? Et puisque cela remettra en question le bureau traditionnel, cela accélérera également l’établissement d’une meilleure définition de ce que travailler de n’importe où signifie.

« Il y a un grand besoin pour que ces nouveaux espaces deviennent la norme », conclut Eli. « Je ne sais pas si toutes les organisations accueilleront favorablement le fait d’être aussi ouvert d’esprit, adaptable et multi-capacitaire, mais il est certain que les travailleurs ont de plus en plus besoin de quantités incroyables de flexibilité et de polyvalence. »

« Il y a déjà un haut degré de complexité dans de nombreuses organisations. Des sites différents. Des professions différentes. Des projets différents. Des rythmes différents », déclare Key. « Mais si ce que nous recherchons est la synchronicité, nous nous dirigeons tout droit vers un mur de béton. En revanche, si nous acceptons que la diversité et l’objectif sont à la base du jeu, nous devrions plutôt rechercher l’harmonie pour créer ces écosystèmes d’espaces axés sur l’objectif. La synchronicité signifie que tout le monde se trouve au même moment pour la même raison. Alors que l’harmonie signifie que vous pouvez être en haut et que je peux être en bas, et que nous nous compensons mutuellement lorsque nous nous rencontrons dans un espace axé sur les objectifs. Mais ensuite, lorsque je suis seul dans l’espace axé sur l’objectif que j’ai choisi, je peux explorer les limites de ce que je peux accomplir en tant qu’individu. »

Pour terminer sur une note musicale, il semble que les organisations pourront créer des écosystèmes d’espaces axés sur les objectifs et éviter la cacophonie non pas par la monophonie – en d’autres termes, la synchronicité – mais par le ‘jazz’. « Il ne s’agit pas simplement d’un groupe de personnes choisies au hasard dans des espaces axés sur les objectifs et choisis hasard qui se réunissent pour organiser un bœuf. Je pense que nous pouvons apprendre beaucoup des règles du jazz comme moyen d’orchestrer et de naviguer dans la complexité de tous ces rythmes différents et de ces circonstances diverses », conclut Key.

Il y a beaucoup de choses à attendre de l’évolution des espaces axés sur le lieu, l’activité et l’objectif, et Studio Banana expérimente constamment avec ces nouvelles réalités. Voici quelques pistes de réflexion pour inspirer notre prochaine conversation :

– Comment votre organisation pourrait-elle traduire son objectif corporatif selon les principes de réaménagement des espaces de travail physiques et numériques ?

 

– Comment pouvez-vous mieux comprendre si votre organisation et votre personnel sont prêts à passer d’un espace de travail axé sur le lieu à un espace axé sur l’activité, et d’un espace axé sur l’activité à un espace axé sur les objectifs ?

 

– Comment vos qualités de leader pourraient-elles utiliser des techniques qui créent les conditions pour une ouverture d’esprit et une adaptabilité à ce terrain futur ?

Pour en savoir plus sur l’avenir des espaces axés sur l’objectif, consultez d’autres projets de Studio Banana :

– Redéfinir la culture de McCann à travers un nouveau QG
– Création du nouveau centre de capacités d’EY
– Honnêteté dans la construction avec Losinger Marazzi

Credit d’images : Spencer Imbrok et Charles Deluvio via Unsplash.